Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2013

Pour faire simple

Les médias de masse s'arrangent pour brouiller au maximum les liens logiques simples qui régissent notre monde et nos vies quotidiennes. Résultat, quand on dit quelque chose d'aussi simple que "les riches vivent sur le dos des moins riches", on nous répond que mais non, c'est plus compliqué que ça, tfaçons faut des riches pour faire marcher l'économie, sans eux on n'aurait pas de travail, etc.

.... Tâchons alors de faire toujours aussi simple, mais plus clair....

Les riches le sont pour des raisons diverses et variées. Prenons un exemple simple et emblématique du rêve américain, en partant du postulat que cette personne est super honnête et grave trop altruiste.

Bien

M. Parfait monte une boîte, gratos la boîte, aucun investissement, ou du fric mis de côté avec un smic. Chapeau. M. Parfait réussit trop grave bien, il est parti de rien et il crée des emplois. Comme il est grave trop altruiste, il rémunère ses employés à la hauteur de ce qu'il gagne ainsi (c'est bien connu, on est super payés dans les boîtes qui dégagent plein de profits), et puis il file plein de ses profits à une oeuvre de charité. Du coup, il paye plus trop d'impôts, c'est cool pour lui aussi.

A force, M. Parfait devient multi-milliardaire, comme il en existe quelques-uns. S'il arrêtait toute activité, perdait tout sauf son fric personnel mis de côté, il gagnerait rien qu'en intérêts plusieurs dizaines de millions d'euros par mois en guise d'allocation chômage. Soit plusieurs dizaines de milliers d'euros de l'heure... non travaillée. Cool la vie.

Bref, ce M. Parfait qui, pour des raisons étranges a oublié qu'avec tout ce fric il pourrait faire du bénévolat pépère, continue de travailler en plus. Et d'augmenter ainsi sa fortune personnelle.

Ainsi il a 2 sources d'argent :

- les revenus de ses ventes d'objets ou de services, grâce aux consommateurs et aux salariés (les mêmes, à peu près)

- les intérêts des banques, gains comme tombés du ciel, possibles grâce à ceux qui remplissent les caisses virtuelles avec leur maigre salaire durement gagné.... toujours les mêmes.

Même M. Parfait vit sur le dos de la société. Alors que dire des patrons voyous, mafieux, évadés ficaux, etc.?

Non, M. Parfait ne travaille pas plus que le smicard du coin.

Je dirais même qu'il ne travaille pas du tout, car quand on n'a pas besoin de travailler pour avoir un revenu confortable, c'est comme du bénévolat, c'est si on veut et quand on veut!

Les commentaires sont fermés.