Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2012

Scénar... pas si loin de la réalité à venir!!!

Bonjour,

Police financée par le fond social de l'Union Européenne. Nous venons appliquer le TSCG à l'échelle individuelle.

Pour votre sécurité et au nom de la loi, je vous demande de me remettre votre machine à laver, vos équipements informatiques, votre lave-vaisselle, votre réfrigérateur, vos équipements de cuisine à l'exception de votre micro-ondes, vos plats et ustensiles aussi bien sûr. Je vais aussi devoir entrer afin de condamner les arrivées d'eau.

Par chance, vous pourrez conserver tout votre confort si vous payez les abonnements aux services subventionnés par l'Union Européenne. Voici un catalogue, par exemple regardez en première page : seulement 20 euros par jour pour manger chaque jour à votre faim des repas complets aux secrets de fabrication bien gardés.

Comment?

Oui, en effet, c'était à vous, mais que voulez-vous, c'est comme ça! Les principales multinationales ne sont pas encore assez rentables, les actionnaires se plaignent de ne pas pouvoir tous s'acheter un appartement par jour... certains sont assez pauvres il est vrai. Nous devons les aider.

Bon, reprenons. Vous avez un emploi?
Un CDI!!! Bon sang il y en a encore! Je note le nom de votre employeur et nous ferons détruire cette abomination!
Des enfants? Avez-vous prévu où ils iront à l'école à la rentrée prochaine? Vous aurez enfin le choix, dans votre quartier l'ancienne école sera à moitié Kellogs et à moitié Dora, de plus une toute nouvelle école Marlboro va ouvrir ses portes en face de chez vous, il parait que leur enseignement est d'une grande qualité.

Oh, j'allais oublier, si vous ne me remettez pas le premier versement de l'abonnement à Mod'fringues de 200 euros dès maintenant, je dois repartir avec l'intégralité de vos vêtements.

Je vous fais une carte de crédit?

22/07/2007

A tous les vieux cons ;)

18000 euros de dettes par Français. C'est le patrimoine que vous nous avez légué.
20% du budget de l'Etat sert à rembourser les intérêts, et rien qu'eux.
Imaginons une personne seule qui ferait pareil : elle vivrait donc de crédits, reprenant un crédit supplémentaire à chaque facture, et payerait près de 200 euros par mois pour... eh bien pour rien! Même pas pour rembourser sa dette! Juste parce qu'elle est là, et qu'il y a des intérêts qui s'accumulent! De tous les inconscients que j'ai pu rencontrer, aucun ne prendrait un crédit éternel, si ça existait pour les personnes physiques.
Mais l'Etat, lui, il peut. Après tout, il n'est pas écrit sur notre bulletin de salaire que l'énorme différence entre le brut et le net, les impôts que l'on paiera ensuite sur un net imposable supérieur au chèque, et une part de tout ce que l'on consomme iront dans la poche des créanciers pour ne pas les rembourser... Les Français savent à peine lire, manquerait plus qu'ils s'inquiètent de ce qui n'est même pas écrit. Comme toujours on nous prend pour des cons, et on a peut-être raison.
 
Et alors, quel rapport avec les vieux?

Graphique : évolution de la dette publique depuis 1978 (en point de PIB)
Source : INSEE, base 2000

Graphique : évolution de la dette publique depuis 1993

Le voilà, le rapport : cette dette, c'est la votre, ô, chère génération précédente, qui nous avez tout donné même vos dettes, avez tout sacrifié pour qu'on puisse rembourser toute notre vie votre retraite tant méritée et l'entretien de votre alzeihmer. "C'est pas moi, c'est l'Etat", entends-je déjà... Soit. Je ne polémiquerai pas sur ce point, après tout on a bien élu Sarko malgré moi.

En réalité, tel n'est pas mon propos. Je tenais juste à remettre les choses dans leur contexte : nous vivons, et par nous j'entends surtout ma génération, celle des "jeunes", trop vieux pour l'insouciance mais trop jeunes pour avoir connu l'époque bénie où quand on cherchait un emploi, on trouvait... oups j'ai encore perdu le début de ma phrase. Nous vivons, disais-je avant d'être grossièrement interrompue par moi-même (amen), dans un monde totalement hypocrite qui veut faire peser sur nous toute la faute de nos anciens.

C'est notre faute si le monde va mal, notre faute si les vieillards impolis n'ont pas de place assise dans les bus, notre faute si on n'a pas de boulot fixe, notre faute si même les études ne sont plus accessibles, notre faute si on ne fait pas mieux que nos parents, notre faute si se loger est devenu un privilège rare, notre faute si le monde est pollué et surtout notre faute si on dépend de nos parents. C'est pourquoi nous devons en assumer les conséquences tout en admettant nos immenses erreurs.

L'autre jour encore, je me hâtais vers le métro pour échapper à la pluie, quand j'ai croisé une femme d'une soixantaine d'années, bien à l'aise sous un parapluie qui prenait quasiment la largeur du trottoir. Voyant qu'elle ne bougeait pas d'un poil, j'ai pris le parti de ne pas dévier de ma trajectoire, qui laissait la place pour elle et son parapluie si elle se rangeait simplement sur sa droite. Evidemment, elle n'a pas bougé, et je me suis faite insulter, parce que j'aurais dû en plus de lui payer sa retraite à crédit laisser le trottoir à celle qui de par son grand âge en a gagné l'exclusivité.

Dans les études c'est pire que tout, on nous fait culpabiliser dès le début : tout le monde va à l'école, alors on doit faire mieux que les autres. Au collège bcp disparaissent dans des voies de garage _les veinards trouveront sans doute du boulot grâce à ça_ et on doit faire mieux que les restants. Et ainsi de suite, chaque fois qu'on franchit une étape de cette course vers le chômage de haut niveau, on se croit de moins en moins bons pcq les autres sont de moins en moins mauvais. Et on nous le répète, le bac c'est le minimum, il est impossible de ne pas avoir son bac si on a révisé!
Et puis un jour on veut entrer dans une formation qualifiante pour vite vite voler de nos propres ailes! Mais là, il ne faut plus être bon, il faut être hautement qualifié, savoir d'avance ce qu'on vient apprendre, être ultra-motivé, avoir voulu faire ça toute sa vie mais connaître autre chose, avoir vécu sans être vieux, battre à des épreuves débiles 9 personnes sur 10 qui sont aussi motivées que nous, etc, etc, pour torcher des vieux. Bon, pas forcément pour ça, mais même là, même pour ceux qui ont le courage et l'humilité nécessaires pour vouloir passer le reste de leur vie à changer les couches de leurs aînés, même eux sont encore en compétition pour passer 2 ans à étudier le torchage des momies avant de pouvoir espérer en vivre!
 
Il n'y a qu'à regarder ce qu'il se passe dans les entreprises pour voir qu'ils n'en mèneraient pas large, tous ces vieux croûtons, s'ils devaient affronter notre vie! Le bac, ceux qui nous refusent un job ne l'ont pas. S'ils devaient le passer aujourd'hui, nos parents se ramasseraient en beauté. Les études, ils n'ont plus aucune idée de ce que c'est. D'ailleurs les formations pour adultes sont sacrément plus adaptées que la formation initiale. Chercher du boulot avec un CV presque vide, ils n'ont même jamais essayé : il n'y avait pas besoin de CV quand ils se sont fait embaucher en CDI....
Regardez vos collègues : ils flippent de voir des jeunes bcp plus qualifiés arriver, ils les humilient pour tenter de garder la face pcq qu'ils en savent moins et ont moins de punch, ils se plaignent tout le temps, s'accrochent à leurs petits privilèges et font passer leur feignantise pour une lutte sociale!
Regardez vos parents : ils font mine de tout savoir mais ne vous ont jamais conseillé de faire des études courtes et qualifiantes... la vérité c'est qu'ils sont paumés dans ce monde qu'ils nous ont laissé. Et pour garder la face, ils nous accusent de tous les maux.