Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2006

Et si on demandait du concret, peut-être qu'on l'aurait...

   Mes oreilles traînant beaucoup ces temps-ci sur France info, RMC, arte et autres médias "d'intellos", j'ai entendu bcp de choses intéressantes. Des idées pour améliorer l'école, de vraies explications sur le déclin de la France, des exemples de fonctionnement non capitaliste, un point de vue réfléchi et argumenté sur le problème de l'immigration, etc. Parfois mes propres idées, mais approfondies, détaillées, appuyées sur des connaissances solides... applicables!

   Prenons l'exemple de l'immigration, qui me remuait le neurone depuis qq tps. Je me suis sur ce sujet un peu laissée avoir par la désinformation ambiante, et mon coeur balançait bêtement entre les 2 camps. D'un côté, la régularisation massive de tout le monde pcq, les pauvres, c'est affreux, tout ça. De l'autre, la fermeture des frontières "pcq'on ne peut pas accueillir tout la misère du monde".
Mais une petite voix dans ma tête s'est faite entendre, de plus en plus souvent, qui disait en gros : "on se fout de ta gueule ma vieille, c'est encore un faux problème ste connerie et forcément on propose de fausses solutions pour ne pas le résoudre!". Et voilà-t'y pas que ma chérie me parle d'un sportif, qu'il faut absolument que j'écoute, moi qui ne supporte pas le sport télévisuel au point d'éviter tout ce qui peut évoquer le sujet. Bon j'écoute le monsieur quand même, Stéphane Diagana qu'il s'appelle, et là il explique. LE problème, le vrai, ce n'est pas l'immigration _qui n'est pas nouvelle, qui a toujours été plutôt positive tout ça tout ça_ mais la mondialisation sauvage d'un libéralisme qui se fout de laisser des gens mourir de faim en travaillant si ça permet à d'autres de s'obésifier devant la télé, et d'une information qui laisse croire à ceux qui triment pour rien que s'ils passent quelques frontières ils vivront beaucoup mieux. Et ce n'est pas tout, le monsieur qui décidément est vachtement plus intéressant que la sensiblerie de Balasko en déduisait une solution réelle, ni temporaire ni utopique, qui permettrait de revenir à une situation saine dans laquelle l'immigration ne dérange personne. Il suffirait selon lui du co-développement, à l'image de l'Europe des 25.
   Je ne connais pas assez le sujet pour avoir une opinion sur cette solution, en revanche ce que je sais, c'est qu'elle sort un peu des faux problèmes et des utopies, qu'elle semble présenter de gros avantages, mais que les JT, qui passent des heures à filmer de gentils squatteurs expulsés, de méchants maires excédés ou de valeureux politiques engagés dans la lutte contre Cachan, ne l'évoquent même pas...

   Cet exemple mériterait un post pour lui tout seul mais y'a pas, je n'arrive pas à déglobaliser mon point de vue... à l'inverse de la majorité il me semble... Qui n'a pas participé à une manif au lycée pour réclamer plus de moyens? Ne niez pas, même moi j'y étais! Et combien parmi vous se sont demandé s'ils étaient prêts à payer toute leur vie encore plus d'impôts directs ou indirects (prenez une fiche de salaire, une facture avec le montant hors taxes, un paquet de clopes, et faites le calcul, si vous êtes de gauche;p), juste pour être 5 de moins en classe et s'emmerder tout autant... Combien se rendent compte qu'on gaspille une part énorme de ces moyens? Enfin, combien regrettent à présent d'avoir joué le jeu des syndicats? Peu... très peu.
   Et je vais enfoncer un peu plus les gauchistes (j'en ai autant pour la droite, ne soyez pas jaloux!;o)) : quand vous réclamez plus de RMI, plus de SMIC, plus de ci plus de ça.... en admettant que les vilains patrons gardent tout le fric pour eux _pcq sinon ça va être trèèèès long_ vous ne vous êtes jamais dit que les vilains patrons n'allaient pas embaucher plus ET payer plus d'impôts en même temps? Et ceux qui payent les aides de la CAF, les assedics, les aides à l'emploi, etc..... on ne vous a jamais dit que c'était.... vous?!

   Ca ne vous semble pas bizarre qu'à droite comme à gauche on préfère subventionner, donner des allocs, donner des primes, prendre toujours plus d'impôts (ou se débarrasser de certaines dépenses en décrétant que c'est aux collectivités territoriales de gérer...) pour redistribuer toujours plus, au lieu d'investir pour créer des emplois durables, construire les logements (dont le prix dépend surtout de leur rareté!!), créer des places en crèche, etc...???
Pour ma part j'hésite entre plusieurs explications qui co-existent peut-être :
- plus il y a d'argent qui circule, plus il est facile de se servir discrètement au passage
- personne ne se préoccupe de l'intérêt général dans sa globalité puisque la responsabilité est collective... donc personne ne la prend
- il faut du courage pour devenir la cible de ceux qui profitent des dysfonctionnements
- pourquoi faire efficace quand on peut pistonner ses potes?

   Les vrais problèmes, les solutions, on les connait. Des études, des bouquins, parfois même des rapports officiels leurs sont consacrés. Mais en tenir compte, ça veut dire toucher aux avantages d'un-tel, supprimer les privilèges de telle caste, dévoiler à la populasse les secrets de la politique _les tours de magie, c'est pour les magiciens... Et puis affronter de vrais problèmes, c'est prendre de vraies responsabilités! Si la France d'en bas se met à surveiller ce que font les dirigeants, comment magouilleront-ils en paix?! Si les travailleurs attendent des syndicats qu'ils fassent leur boulot, c'est un empire qui s'écroule! (non, organiser des campagnes de pub pour eux-même n'est pas leur boulot!!!)

   Pour la petite note positive, je crois qu'on peut tout de même un peu influencer ce monde de pouvoir en cherchant à prendre du recul et se poser les vraies questions et en incitant les autres à en faire autant. Parce qu'entre les politiques, les syndicats et les industries, il y a pas mal de gens qui se croient tout permis et qui le croiront tant qu'on ne mettra pas le nez dans leurs affaires!